Programme2

LE MAIRE AU CŒUR DES TRANSITIONS

Après plus de deux ans de mandat et un début de prise de fonctions électives improbable, ce 9e Carrefour des communes et EPCI du Finistère aborde les transitions de tous bords que doivent gérer aujourd’hui les élus locaux, dans un contexte durablement marqué par une crise sanitaire sans précèdent par sa gravité, sa durée, et ses impacts tant financier qu’humain (liste non exhaustive) :

   – L’organisation nouvelle du bloc communal et l’utilisation du numérique devenue primordiale pour tous, la cybersécurité,

   – Les finances impactées et les plans de relance territorialisés,

   – L’obligation de “penser autrement”, d’intégrer la transition écologique à tous les étages, les mobilités nouvelles,

   – L’impact humain de la crise sanitaire, la crispation de notre société et l’accélération, voire l’aggravation, des atteintes portées aux élus

Au-delà des transitions déjà en marche, l’expérience Covid fait date en Bretagne comme ailleurs, l’adaptation des communes et EPCI a été permanente depuis deux ans et il faut ensemble en tirer des enseignements pour poursuivre cette mandature.

JEUDI 6 OCTOBRE (pré-programme)

8H30 

9H00 

9H15 à 10H30 

 

11H00-12H15 

12H45 

Accueil des participants, ouverture des espaces 

Ouverture des travaux

CONFÉRENCE

      « Organisation des communes et EPCI depuis mars 2020, ce qui a changé »

Inauguration (ponctuation musicale), suivie d’un cocktail

Déjeuner libre (restaurant, food trucks, plateaux repas)

14H15-15H00

 

 

15H15-16H15 

 

 

17H00-18H00 

18H00

VENDREDI 7 OCTOBRE (pré-programme)

8H30 

9H00 à 9H45

 

 

10H00-10H45 

 

 

11H15-12H15

 

12H15 

12H30

14H00

CONFERENCES

CONFÉRENCE | Organisation des communes et EPCI depuis mars 2020, ce qui a changé

Pour tous les maires, ruraux comme urbains, même les plus expérimentés, s’impose une prise de conscience d’un modèle de fonctionnement qui a parfois atteint ses limites.

Les conséquences sont multiples pour les élus locaux et leurs équipes brutalement confrontés à une circulation virale paralysante, durant laquelle se sont affirmées :

La nécessité pour tous, collectivités, entreprises, citoyens, d’être en phase avec les outils numériques (et celle de disposer d’une connexion haut débit digne de ce nom …), la réorganisation des services et la mobilisation des agents pour assurer la continuité du service public, l’entrée fracassante du télétravail, l’attente citoyenne pressante et les nouveaux moyens de communication publique pour y répondre, les situations de précarité et parfois de difficultés de vie en hausse …  (Liste non exhaustive).

Quels enseignements les élus communaux et intercommunaux peuvent-ils tirer de cette période venue bouleverser leurs organisations et certitudes ?

CONFÉRENCE | La transition écologique impactée par les crises (sanitaire, internationale) – Incidences et perspectives pour les communes et les intercommunalités

Comment une particule virale microscopique incontrôlable a-t-elle pu mettre en lumière l’étroite connexion entre les enjeux sanitaires, économiques et environnementaux ?

Avec en tête les jeunes générations, une prise de conscience collective sur l’obligation de « penser autrement » s’est accélérée à tous les niveaux :

-Les Etats, qui ont un rôle fondamental à jouer dans la mise en place du « pacte vert » présenté par la Commission européenne.

-En France, avec pour signe d’activation un tiers du plan de relance de 100 milliards d’euros qui sera destiné au financement de la transition écologique.

-A l’échelle communale et intercommunale, quels rôles et quels leviers pour les élus, urbains et ruraux, afin de contribuer à cette transition écologique désormais partout sur les rails ? À chaque territoire ses solutions ? Comment se retrouver dans les outils multiples de la transition écologique ?

Comment en outre l’actualité internationale vient rebattre une partie des cartes : la transition écologique englobe la diversification en marche des ressources d’énergie, le conflit russo-ukrainien, qu’elle qu’en soit l’issue, ouvrira-t-il les portes d’un nouveau monde pour l’énergie ?

CONFÉRENCE | Les finances des collectivités locales après plus de deux ans de crise

Dans un contexte déjà marqué par une baisse des dotations et la suppression de la TH, les pertes brutes induites par la crise sanitaire sont estimées par l’AMF nationale à 6 milliards d’euros pour le bloc communal sur les trois années 2020-2021-2022.

En complément de l’action de l’Etat, les maires et présidents d’EPCI ont multiplié les initiatives de soutien aux tissus économiques et associatifs, ont accompagné les habitants les plus vulnérables en mettant en place de nouvelles solidarités, ont maintenu les services publics. Ces interventions, tout comme la gestion sanitaire, génèrent désormais des coûts supplémentaires.

Côté investissement, la baisse 2020 (-15,6%), est plus de deux fois plus importante qu’une première année de mandat habituelle.

Sans oublier un nouveau facteur capital :  l’impact de la crise ukrainienne sur la flambée des cours mondiaux (énergétiques, agricoles…) et sur les marchés publics.

La volonté des élus est toutefois de continuer d’investir et de soutenir la relance :  état des lieux et perspectives pour cette mandature financièrement inédite.

ATELIERS

ATELIER | Le numérique accessible à tous :  une urgence pour tous les territoires, une communication publique nouvelle 

Amplifiée par les confinements successifs et par l’impossibilité de se déplacer ou l’obligation de télétravailler, l’explosion des usages numériques depuis début 2020 a été confirmée par le très officiel « baromètre du numérique ».

Toutefois les inégalités d’accès et de maîtrise des outils numériques perdurent sur de nombreux territoires, urbains comme ruraux.

Un accompagnement financier et humain est en marche afin d’assurer une égalité des citoyens face à la dématérialisation totale amorcée par l’Etat ; il s’impose en urgence aujourd’hui pour permettre à tous de traverser au mieux une période de crise majeure. Quels sont les leviers pour les collectivités ? Quelles synergies ou mutualisation numérique à trouver pour gagner en efficacité ?

Cet enjeu est doublement stratégique pour les communes et intercommunalités : la communication publique passe désormais de plus en plus par des supports numériques.

ATELIER | Tensions grandissantes envers les élus locaux, que faire ? 

La crise sanitaire a crispé la société entière et ravivé les tensions constatées depuis quelques années envers les élus locaux : les contraintes sanitaires, les obligations de vaccination ont été mal vécues par une frange de la population qui a multiplié menaces, insultes et agressions à l’encontre des maires en raison de leurs représentations de l’Etat et de leur mobilisation au premier rang dans la gestion de crise.

Quel est le cadre juridique de la protection des élus ? Quels soutiens possibles pour un élu diffamé ou agressé ? Quelles solutions pour endiguer cette montée en puissance ?

Témoignages, retours d’expérience

ATELIER | L’emploi dans nos communes, le grand chambardement 

Phénomène accentué par la crise sanitaire, l’attractivité de la fonction publique territoriale est mise en concurrence avec le secteur privé, lequel peine déjà à recruter dans cette période de quasi plein-emploi sur de nombreux départements, dont le Finistère.

De plus en plus d’employeurs territoriaux rencontrent désormais des difficultés de recrutement : les candidats pour être secrétaire de mairie, agent technique, comptable, ne se bousculent plus.

Que peut-on mettre en œuvre pour y faire face ? Communiquer sur la diversité de vie professionnelle qu’offre la fonction publique territoriale, souvent méconnue ? Promouvoir et valoriser son territoire ?  Aborder le sujet de la rémunération ?

ATELIER | La cybersécurité, un des enjeux de demain à anticiper pour les collectivités 

La plateforme cybermalveillance.gouv.fr a constaté une intensification des attaques numériques depuis 2020. Aucune commune ou intercommunalité, aucun de ses services, de ses postes, n’est à l’abri du risque et les attaques informatiques se sont démultipliées avec les confinements et l’explosion du télétravail. Le conflit armé engagé par la Fédération de Russie a confirmé cette nouvelle donne mondiale.

Hameçonnage, rançongiciel, cryptovirus…les expériences de collectivités touchées par les cyberattaques sont diffusées par la presse territoriale, avec à la clé un coût important de remise en état de marche des systèmes informatiques, voire même de reconstruction de données.

Comment parer ces nouveaux risques et les anticiper ? Quelle mutualisation à proposer ou synergies à trouver pour gagner en efficacité ?

ATELIER |Mobilités, le court terme de sortie de crise, les changements pérennes du long terme 

Pendant de longs mois, nos déplacements non impératifs se sont brusquement arrêtés ces deux dernières années. Réduits au strict minimum, les mobilités ont été réorganisées et des prises de conscience ont émergé : nous pouvons travailler sans se déplacer au loin, nous pouvons aussi nous déplacer différemment. Quelles seront nos mobilités de demain ?

Régions ou intercommunalités (pour celles qui ont pris la compétence AOM) sont aujourd’hui les autorités organisatrices de la mobilité sur des zones à forte ou à faible densité de population avec parfois des zones blanches : comment déployer de nouvelles offres au plus près des besoins de la population ?

Sans oublier un élément majeur qui vient de faire une entrée fracassante dans nos vies : la flambée des prix des carburants, et autres sources d’énergies, indispensables à tous nos déplacements.

ATELIER | L’agriculture bretonne en mutation

La place stratégique d’une agriculture de proximité sur nos territoires a été mise en évidence en période de crise sanitaire. Dans le même temps, le télétravail sur les périodes de confinement a renforcé l’attractivité de la Bretagne, région où il fait bon vivre. La pression foncière se renforce sur les départements bretons.

Ainsi, les questions foncières reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène avec une interrogation centrale : la problématique foncière doit-elle être gérée de la même manière sur tous les territoires ? Ne devons-nous pas différencier les zones d’afflux de population des zones de déprise de population ?

Menu Title